image-asset.jpeg

KANANGINAK POOTOOGOOK  1935 - 2010 

AG015 - AG025 - AG036 - AG053 - AG070 - AG072 - AG090 - AG097 - AG124 - 

Kananginak s'intéresse au dessin et à la gravure dés la fin des années 50 lorsque le programme d'arts graphiques a débuté à Cape Dorset. Sa première estampe, une image réalisée avec son père, a été incluse dans la première collection de Cape Dorset en 1959. Depuis, son oeuvre y est présente presque chaque année sous différents supports : gravure sur cuivre, gravure sur pierre, pochoir, lithographie ou eau-forte. Il était lui-même un graveur sur pierre accompli.

Sa famille a grandi dans différentes zone du sud de l'île de Baffin. Son père était chef du camp d'Ikirisaq. C'est à partir de 1958 que Kanantigak Pootoogook s'est installé à Cape Dorset où il a joué un rôle déterminant dans la formation de la West Baffin Eskimo Coopérative dès 1959. 

En 1978, quatre de ses dessins sont inclus dans un portfolio en édition limitée publié par la World Wildlife Commission. Sculpteur remarquable, il est mandaté en 1997 par le Gouverneur général du Canada pour construire un inuksuk à Cape Dorset qui a été ensuite installé à Ottawa. Kananginak Pootoogook est membre de l'Académie royale des arts du Canada.

Il a volontiers représenté la faune arctique, en particulier, les oiseaux et a réalisé de nombreux dessins évoquant la vie quotidienne de son peuple avec des scènes de chasse et de pêche.

****

images.jpeg

PAUOJOUNGIE SAGGIAK

A1G001 - AG056 - 

Pauojoungie Saggiak – Née en 1959 à Iqaluit, Pauojoungie est la fille d'Inooki et de Qimirpikuluk Oqutaq. Elle a une soeur Napatchie et deux frères Lasaloosie et Niviaqsi. En grandissant, elle a vécu dans divers camps, le dernier étant juste au sud-est de Cape Dorset. C'est ici que Pauojoungie a eu l'occasion de voir toutes sortes d'oiseaux et d'animaux qu'elle aimait tellement qu'elle a commencé à dessiner la faune. Pauojoungie et sa famille ont déménagé dans la communauté de Cape Dorset dans les années 1970. Aux studios Kinngait, elle s'est inspirée du travail d'autres graphistes, et c'est là que son travail a été adapté pour le médium imprimé. Le travail très abouti de Pauojoungie se caractérise par des lignes audacieuses et des blocs de couleurs souvent rehaussées. Ses compositions montrent une compréhension intuitive du sujet. 

Le parcours artistique de Pauojoungie Saggiak a commencé lorsqu'elle vivait à Cape Dorset, au Nunavut. Pendant ce temps, elle est devenue captivée par la faune arctique, en particulier les oiseaux. Cette inspiration a culminé dans les dessins animaliers pour lesquels elle est renommée aujourd'hui. Largement autodidacte, son travail se caractérise par des lignes fluides et nettes. Saggiak intègre de manière transparente diverses palettes de couleurs dans son travail, allant de l'audacieux, vibrant  et ludique au terreux et au sourd. Avec une compréhension si intime de la faune arctique, ses représentations d'oiseaux et d'autres animaux sont souvent dramatiques et brutes, une impression qui est renforcée lorsqu'elle est réalisée au crayon de couleur, son médium préféré.

****

image-asset.png

PITSEOLAK QIMIRPIK.    

 018 - 115 - 124 - 167 - 169 - 171 - 

Pitseolak Qimirpik, né en 1986, est un jeune sculpteur de Cape Dorset qui s'est rapidement imposé comme apprenti (son père est le célèbre sculpteur du Dorset Kelly Qimirpik) et artiste contemporain. En effet, Qimirpik s'est distingué avec succès par cette même juxtaposition, mariant les signifiants de la culture pop avec la sculpture traditionnelle. Il est à la tête d'une génération montante d'artistes inuits qui reconfigurent leur position sur l'histoire, les médias traditionnels et la figuration narrative. C'est un groupe qui s'affirme à travers une esthétique plus facilement repérable dans le monde de l'art contemporain, sans jamais se séparer totalement de ses associations ancestrales et de sa base formelle. Qimirpik, comme tant de ses contemporains, continue de faire le lien entre les deux.

Dès l'âge de treize ans, Qimirpik s'est imposé par un savoir-faire exceptionnel et une attention aux signifiants contemporains. Produisant des personnages comme des bœufs musqués, des danseurs de tambour et des morses dansants, ses œuvres sont souvent colorées par les accessoires ou les profils de leurs sujets. Ils portent des iPods ou des lecteurs MP3 (comme dans Young Man with MP3, 2010), le blanc des cordons mats de leurs appareils contrastant fortement avec le marbre veiné. (La valeur ironique réside dans le fait que ce placage en plastique est fait d'os). Les lapins dansent sur le hip-hop. Les morses battent leurs nageoires avec joie. Qimirpik est en phase avec la multivalence de sa génération, son double langage et sa référentialité clinquante. Il cherche la forme dans l'histoire inuite, mais enracine ses sujets dans la nouveauté.

****

TIM PEE

013 - 125 - 176 - 177 - 210

Né le 17 juillet 1976 à Cap Dorset au Nunavut,

Tim Pee est issu d’une famille traditionnelle.

La communauté de Cape Dorset compte plus

d’artistes inuits célèbres par habitant que

toute autre région du Nunavut.

Il a commencé à créer de l’art très jeune,

dès l’âge de 15 ans. Il est le petit-fils

de Kananginak Pootoogook et est également lié

à des artistes bien connus tels comme

Johnny Pootoogook et Ashevak Adla.

Tim a également appris une grande partie

de ses talents de sculpteur auprès d’Audla Pee.

Son sujet de prédilection est l’ours polaire,

qu’il sculpte dans une variété de positions différentes. Il est en fait surtout connu pour ses sculptures d’ours polaires.

Tim Pee est considéré comme l’un des sculpteurs les plus jeunes et les plus connus de l’île de Baffin. Ses ours ont attiré beaucoup d’attention au fil des ans et ont fait de lui l’un des sculpteurs les plus jeunes et les plus talentueux de l’île de Baffin. Ils sont très bien exécutés et ont une forme élégante. On dit que son travail a un grand potentiel et à l’heure actuelle, il est en train de développer plus de liberté dans son style personnel. Les petits ours sculptés par Tim Pee sont particulièrement populaires. Il est sculpteur à temps plein et se spécialise dans la sculpture d’ours polaires debout ou en marchant.

****

NINGIUSUAQ ASHOONA 

117 - 126 - 153 - 168 - 178 - 

Ningeosiak Ashoona est née le 20 décembre 1979 à Frobisher Bay (Iqaluit). Elle est rapidement arrivée dans la communauté familiale de Kingait (Cape Dorset) et a commencé à vivre avec ses grands-parents.

Une tradition inuite veut que les grands-parents adoptent le premier enfant de leurs enfants, elle a donc été élevée dans cette famille élargie par ses grands-parents mais est toujours restée liée à ses parents naturels. 

Ning est née dans une famille d'artistes talentueux. Son arrière-grand-mère (la mère de Mayoreak Ashoona) Sheouak Parr a été l'une des premières femmes inuites à participer aux premiers projets de dessin des années 1950. Pitseolak Ashoona, son arrière-grand-mère, était une artiste légendaire pour ses dessins, ses estampes et ses peintures. 

Les deux grands-parents de Ning étaient des maîtres sculpteurs reconnus dont l'art célébrait la culture traditionnelle inuite. Son grand-père Qaqaq n'utilisait que des outils à main et prenait grand soin des détails. Mayoreak est une figure forte dans la vie de Ning et a donné l'exemple des femmes qui font de l'art en sculptant. Ning a acquit de nombreuses compétences en regardant sa grand-mère sculpter. 

« À la carrière de pierre, quand j'étais jeune fille, j'ai vu quelque chose à travers le brouillard ; Je pensais avoir vu une sirène dans notre bateau, et quand je suis allée le dire à mon grand-père, la sirène était déjà hors du bateau. J'essaie d'imaginer ce que ce serait d'être une sirène, mais ma grand-mère n'a pas parlé de ces sujets avec moi, même si elle les a souvent sculptés. »

Le sujet préféré de Ning est le huard et les oiseaux en général.  Ses plongeons élancés et délicats montrent la fragilité de la vie. Les sirènes fluides et les Sedna avec leurs nageoires élégantes sont insaisissables dans les eaux arctiques. L'équilibre des Sea Spirits et Diving Seals est incroyable. Les phoques ludiques de Ning sont souvent sculptés en train de nager ou de profiter de la vie. L'espace négatif autour de ses sculptures ajoute à la présence des sculptures. Ning Ashoona a une perspective féminine unique. Ningeoseak est la seule artiste féminine à plein temps à sculpter à Cape Dorset.

****

image-asset-5.jpeg

PUDLO PUDLAT. 1916 - 1992

AG048 - AG121 - AG122 - AG127

Pudlo Pudlat, né le 4 février 1916 et mort le 28 décembre 1992, est un artiste, dessinateurpeintre et graveur. Pudlo passa sa jeunesse dans des camps au sud de l'Île de Baffin et dans les îles de Southampton et de Coates au nord de la Baie d'Hudson. Il s'est installé à Cape Dorset à la suite d'une grave blessure au bras qui l'a obligé à se rapprocher des milieux médicalisés.

Depuis ses premières œuvres publiées en 1961, plus de 150 de ses images sont éditées dans les collections annuelles d'estampes et de lithographies jusqu’en 1993. Largement représenté dans les expositions dans le monde entier, il a aussi été l'objet de nombreuses commandes. En 1972, un de ses dessins a été choisi pour une carte de vœux de l'UNICEF. En 1978, bin autre a servi à réaliser les bannières de soie qui décorent le grand hall du Département des Affaires Indiennes et du Nord.

À partir de 1978, des expositions nominales ont pu être

réalisées au Canada comme aux États-Unis et en Europe.

La Belgique fut la dernière à lui consacrer une exposition

nominale de son vivant à Bruges en 1992. Il est présent

dans toutes les grandes collections d'art inuit d'on ne citera

que la Winnipeg Art Gallery, le Musée national des beaux-arts

du Québec, la galerie d’art autochtone de la Toronto Dominion,

la collection Swinton, de la famille Kramer, le musée de Fort Worth aux États-Unis. 

En 1990, le Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa lui a consacré une rétrospective sur les trente dernières années de sa production. Le catalogue est une source de renseignements importants sur la vision que Pudlo a des deux mondes et sur sa vie extraordinaire qui transparaît dans son inspiration créatrice.

****

1440595138425.jpeg
4472_0.jpg
images.jpeg

MIKKIGAK OQUTAQ 1936 - 2014

AG038 - AG059 - AG067 

Ohotaq (Oqutaq) Mikkigak  était un artiste inuk de Cape Dorset (maintenant Kinngait) du sud de l'île de Baffin.  Mikkigak a été impliqué dans la gravure de Cape Dorset dans les premières années du programme, en fournissant des dessins pour l'impression.  Beaucoup de ses œuvres ont été imprimées et présentées dans les collections annuelles du studio, y compris Eskimo Fox Trapper et trois pièces utilisées dans la collection du 40e anniversaire du Cape Dorset Studio.  Le travail de Mikkigak a également été inclus dans plus d'une vingtaine d'expositions collectives et a fait l'objet de plusieurs expositions personnelles. 

Mikkigak a dessiné pour le programme de gravure de Cape Dorset lorsqu'il en était à ses débuts.  Son premier travail imprimé, Eskimo Fox Trapper, a été réalisé en 1961.  Après sa retraite de gardien à l'école Peter Pitseolak à Cape Dorset, Mikkigak est revenu au dessin et trois de ses œuvres ont été incluses dans la collection du 40e anniversaire du studio d'impression de Cape Dorset (publiée en 1999). 

La première exposition solo de dessins et d'estampes de Mikkigak a eu lieu en septembre 2010 à Feheley Fine Arts à Toronto, en Ontario.  Il a eu une autre exposition solo à Feheley Fine Arts en novembre 2012 intitulée Ohotaq Mikkigak: Imagined Landscapes. Toujours en 2012, Mikkigak a exposé plusieurs dessins à grande échelle aux côtés des œuvres de son collègue artiste canadien Jack Bush à la Justina M. Barnicke Gallery de l' Université de Toronto .

**** 

image-asset-1.jpeg
pitaloosie2017.jpg

PITALOOSIE SAILA 1942-2021

AG012 - AG024 - AG040 - AG065 - AG069 - AG083 - 

E

 

Pitalosie Saila naît à Kinngait au Nunavut mais passe son enfance dans différents hôpitaux au Québec et en Ontario à cause d'une tuberculose. C'est ainsi qu'elle apprend l'anglais mais explique qu'il lui a été difficile de réapprendre l'inuktitut quand elle s'est réinstallée sur l'île de Baffin en 1957, à 15 ans.

Elle commence à dessiner au début des années 1960 et développe immédiatement un style qui lui est très personnel. Elle participe à la collection annuelle de gravures de Kinngait à partir de 1968

Elle épouse le sculpteur Pauta Saila.

À partir de la fin des années 1960, elle fait de nombreux voyages dans le Sud pour assister à des expositions, des conférences et des vernissages. En 1967, elle vit à nouveau quelque temps à Toronto, puis à Halifax, à Ottawa, à Kansas City et au Vermont.

En 1977, les postes canadiennes utilisent son estampe Rêve de pêcheur sur un timbre. En 1983, son estampe Vierge de l'Arctique est choisie pour illustrer une carte postale de l'UNICEF. En 1985, sa gravure Dans les collines représente les Territoires du Nord-Ouest lors de la célébration du centenaire des parcs nationaux du Canada

Ses œuvres sont présentées dans les plus importantes expositions d'art inuit, en particulier l'exposition sur l'estampe inuit qui présentée à Paris en 1980 et l'exposition au Musée des beaux-arts de l'Ontario sur Les Traditions en 1985. Amnistie Internationale utilise une de ses œuvres, Mère et enfant, comme carte de Noël en 1990. Ses œuvres servent de support aux explications et démonstrations de la tradition du dessin à l'estampe pour l'exposition fondamentale de la Fondation Mac Michael (1991) In Cape Dorset we do it this way. Elle figure également dans l'exposition "Women of the North" par la Galerie Marion Scott à Vancouver en 1992. Elle est l'une des artistes de l'exposition Isumavut: the "Artistic Expression of Nine Cape Dorset Women" au Musée canadien des civilisations en 1994. Elle illustre une rétrospective sur les 40 premières années d’activité de l’Atelier de gravure de Cape Dorset (1960-2000) : exposition Malbodium Museum 2001.

En 2004, elle est élue, avec son mari Pauta Saila membre de l’Académie royale des arts du Canada.

****

papiara+copy.jpg

PAPIARA TUKIKI. 1936-2014

AG013 - AGH052

Papiara Tukiki est née à Nuwata, un camp avancé sur la péninsule de Foxe.
"J'aime dessiner des animaux et je suis étonné de la façon dont ils survivent ici dans le nord. Sans eux, ma famille n'aurait jamais survécu. Je dessine aussi des gens qui campent parce que cela me rappelle les temps anciens où nous vivions sur la terre. C'était de bons moments."

Papiara Tukiki est un pilier de la collection annuelle depuis le
lancement de ses premiers tirages en 2004. Les formes simples de Papiara capturent l'essence de son sujet - qu'il soit humain ou animal ou une combinaison des deux, comme dans son Loon Spirit (2012) de 2012. Papiara a un sens inné du design. Ses représentations de la faune ne sont pas réalistes mais évoquent des souvenirs d'une vie autrefois qu'elle n'a jamais oubliée.En 1977, elle a reçu un prix d'excellence pour son design original dans le cadre du concours « Things That Make us Beautiful » organisé par le ministère du Développement indien et du Nord. Née le jour de Noël 1942, Papiara est mariée à Qopie Tukiki, un employé de longue date de l'association de logement de la communauté. Ils ont passé toute leur vie à Cape Dorset.

****

NAPATCHIE POOTOOGOOK.  1938 - 2002

AG042

Napachie Pootoogook est la fille unique du célèbre artiste Pitseolak Ashoona. Elle est née dans le camp de l'île Sarruq, près de l'île de Baffin sud. Son père, Ashoona, est décédé alors qu'elle avait six ou sept ans. Après sa mort, Pootoogook, avec sa mère et ses cinq frères, a vécu un mode de vie nomade traditionnel inuit et a survécu avec le soutien de sa communauté pour survivre. Avec les encouragements de sa mère, Napachie a commencé à dessiner au début de la vingtaine, développant son propre style et son point de vue unique.

Poursuivant l'héritage artistique de la famille, Annie Pootoogook, a grandi pour devenir une importante artiste inuite contemporaine connue pour ses estampes et ses dessins.

Après sa mort, en 2005, son travail a été présenté aux côtés de celui de sa fille Annie Pootoogook à la Feheley Fine Arts Gallery de Toronto, en Ontario. L'exposition, intitulée Windows on Kinngait, était la première où les deux femmes présentaient leur travail ensemble à l'extérieur de Cape Dorset. 

En 2014, la Feheley Fine Arts Gallery a organisé une exposition d'environ 150 dessins réalisés par Napatchie Pootoogook de 1996 à 2001 dans une exposition Napachie Pootoogook : True North.

Pootoogook a été commissaire de l'exposition Akunnittinni: A Kinngait Family Portrait avec sa mère Pitseolak Ashoona et sa fille Annie Pootoogook. Elle est décédée d'un cancer à Cape Dorset à l'âge de 64 ans.

Son travail fait partie des collections du Centre d'art inuit d'Affaires autochtones et du Nord Canada, de la Winnipeg Art Gallery, du Musée canadien de l'histoire, du Musée royal de l'Ontario et du Musée des beaux-arts du Canada, ainsi que des œuvres privées et publiques collections au Canada et aux États-Unis. 

 

****

1453149761027.jpeg

JOANASIE MANNING

 118 - 134 - 

Joanasie Manning est né en 1967 et a vécu à Cape Dorset toute sa vie. La mère de Joanasie, Annie Manning, a travaillé dans le nord et le sud comme traductrice pour l'anglais et l'inuktitut. Elle est également bien versée dans l'art de la couture et de la fabrication de poupées. Le grand-père de Joanasie, Osuitok Ipeelee de Cape Dorset, est un sculpteur bien connu dont Joanasie admet ouvertement qu'il a puisé non seulement son inspiration, mais de qui il a appris à sculpter.

Joanassie, a commencé à sculpter à l'âge de vingt ans même s'il a réalisé sa première oeuvre à l'âge de 9 ans. Il attribue à son grand-père, le célèbre sculpteur Osuitok Ipeelee, une grande influence sur son travail. Après avoir pratiqué la sculpture sporadiquement pendant plusieurs années, Joanassie travaille maintenant de façon plus constante. Il a développé un style personnel qui devient plus fort et plus confiant à mesure que son amour principal pour les hiboux évolue à travers sa sculpture. Sa représentation des hiboux généralement avec leurs poussins montre que malgré sa force, il existe un instinct paternel sous-jacent. Son style a influencé de nombreux jeunes artistes. Ses sculptures ont été incluses dans de nombreuses expositions au Canada et aux Etats-Unis

****

image-asset-6.jpeg

SHUVINAI ASHOONA

AG003 - 

Shuvinai Ashoona est née en 1961 à Kinngait (DCape Dorset) où elle vit toujours et travaille. Elle fait partie d'une célèbre famille d'artistes dont sa grand-mère Pitseolak Ashhoona (1904-1983) et sa cousine Annie Pootoogook (1969-2016).

Le travail de Shuvinai se distingue de celui des autres artistes travaillant à Kinngait. Ses dessins imaginent le passé et le présent fondus en un avenir prophétique imagé de créatures hybrides homme-animal, de femmes donnant naissance à des mondes, de paysages mystiques ou d’un autre monde, bien que clairement inspirés par le terrain nordique qu’elle habite. Contrairement aux univers dystopiques, les dessins aux couleurs vives de Shuvinai débordent de vie. Sa communauté y est parfois représentée se heurtant aux créatures qu’elle imagine. Mais elle coexiste plus souvent qu’autrement de manière pacifique avec ces derniers. Contrairement à de nombreuses visions d’avenir faites d’affrontements entre l’homme et la nature ou entre humains et « envahisseurs » d’un autre monde, les univers extraterrestres de Shuvinai existent dans un avenir intergalactique aimable.

Elle a participé à de nombreuses expositions

à travers le Canada.En 2013, ses œuvres

ont été incluses dans la prestigieuse publication

“Vitamin D2. New Perspectives in Drawing”

de Phaidon. Plus récemment, Shuvinai Ashoona

a reçu le prix Gershon Iskowitz 2018.

****

shuvinai.jpg
Unknown.jpeg
qavavau2017.jpg

QAVAVAU MANUMMIE

AG104

Qavavau est né à Brandon, au Manitoba, en 1958, où sa mère, Paunichea, a été hospitalisée pour un traitement contre la tuberculose. Il est retourné à Cape Dorset alors qu'il était très jeune et y vit depuis. Qavavau a démontré une gamme de capacités stylistiques au fil des ans - du très littéral au plus expressif. Son travail est idiosyncrasique et souvent amusant dans ses représentations des légendes et de la mythologie inuites, de la faune arctique et des aspects contemporains de la vie inuite. Qavavau est le dernier parmi la deuxième génération à attirer les éloges de la critique du public des arts contemporains du sud. Lui et Shuvinai Ashoona ont été présentés, avec Nick Sikkuark de Gjoa Haven, dans le magazine artistique de Winnipeg, Border Crossings. Il s'est rendu à Toronto en juin 2008 pour sa première exposition solo de dessins originaux,et en 2009 à Vancouver pour une autre exposition présentant son travail contemporain. Il a été invité à assister au vernissage de son œuvre à Victoria à l'automne 2012.

Pendant plusieurs années, Qavavau a travaillé pour les studios Kinngait en tant que graveur - d'abord dans l'atelier de lithographie et plus récemment dans l'atelier de gravure sur pierre. C'est un graveur accompli et précis qui apprécie l'opportunité de démontrer les techniques de gravure aux jeunes artistes et aux visiteurs de l'atelier.

Qavavau vit avec sa femme et son fils Peter à Cape Dorset.

****

ooloosie.jpg

OOLOOSIE SAILA

AG084

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Ooloosie Saila est née en 1991 à Iqaluit dans le Nunavut. Elle est une des jeunes artistes émergentes et travaille à Kinngait (Cape Dorset), NU. Saila dessine des paysages aux détails complexes ainsi que des imprimés qui présentent une combinaison énergique de couleurs et de motifs.

                                    Enfant, Ooloosie a été inspiré                                       par le dessin lors de visites                                         occasionnelles à la maison de                                       Kenojuak Ashevak. À 14 ans,                                       elle remporte le premier prix                                       du concours de dessin de son                                       lycée. Elle a commencé à                                           vendre ses dessins à la Coop en                                     2015 et continue d'explorer de                                     nombreux thèmes et idées                                           divers dans son travail.

 

****

Unknown-1.jpeg

MAYOREAK ASHOONA 1946 - 2014

AG008 - AG022 - AG026 - AG028 - AG047 - AG057 - AG058 - AG076.

                                                   Née en 1946, Mayoreak Ashoona a pendant très                                      longtemps, vécu dans un camp très                                                    éloigné des gens, ce qui exige de l'autosuffisance. Cela                              nécessitait un revenu pour subvenir aux besoins.                                      Alors Mayoreak s'est mis à la sculpture ainsi qu'au                                  dessin  parce que cela avait un sens économique de le                                faire. Les sculptures de Mayoreak                                                    sont très dynamiques et fortes et ont des perspectives                              féminines uniques dans leur rendu, tout comme ses                                  dessins. Vous pouvez voir les influences de son passé                                dans l'art qu'elle produit. Ashoona dessine dans une                                variété de styles (y compris abstrait) et les                                          personnages qu'elle produit sont engagés dans une                                    variété d'activités.Ashoona a dans le contexte de ses                              peintures et dessins une capacité à explorer, travailler et capturer l'essence et maîtriser les techniques de représentation abstraite ou figurative à travers la symétrie et l'équilibre. 

" Chaque année, je prépare des peaux,

je couds des vêtements, je fais des sculptures

en stéatite et je dessine aussi depuis

qu'ils ont commencé à acheter des dessins.

Je mettrai toutes mes capacités vers ce

qui doit être fait, tant que mes capacités

sont à ma disposition. Il y a des moments

où c'est difficile si je n'ai pas encore appris

à faire quelque chose. Mais comme nous sommes

les seuls à vivre dans notre camp d'avant-poste,

je fais avancer les choses ! Il n'y a jamais eu

personne pour répondre à mes questions,

j'ai donc dû apprendre à faire les choses

et à les fabriquer moi-même."

****

                                               

b19.jpg
Unknown-3.jpeg

MARY PUDLAT 1923 - 2001

AG010 - AG029 - AG045 - 

                                                                         Mary Pudlat était une artiste inuk                                                canadienne. Elle est née en 1923 à                                              Puvirnituq, au Québec, et a épousé                                               Samuelie Pudlat en 1943 sur l'île de                                              Baffin. Ils étaient semi-nomades avant                                          de s'installer à Cape Dorset en 1963.                                            Mary Pudlat a commencé à dessiner et                                          à sculpter de la stéatite dans les                                                années 1960 et 1970. Elle est la soeur de Pudlo Pudlat. Elle a publié sa première

oeuvre en 1966. À la mort de son mari

en 1979, elle se tourne vers le dessin

à plein temps. Son art dépeint des aspects

de la vie des Inuits autochtones,tels que

des scènes de chasse et de pêche 

traditionnelles .

Elle a pratiqué la gravure sur pierre,

la lithographie et l’eau-forte.

Elle a des œuvres dans les musées

du Canada, des Etats Unis

Et plusieurs galeries en Europe.

****

images-4.jpeg
Unknown-5.jpeg
samayualie2017.jpg

PITSÉOLAK NIVIAQSI 1947-2015

AG002 - AG055

Pitseolak Niviaqsi est né de parents artistes, Kunu et Niviaksiak, qui ont tous deux contribué aux premières collections de Cape Dorset. Il a été initié à la lithographie par son frère aîné, Qiatsuq, qui a commencé à travailler dans l'imprimerie au début des années soixante-dix. La tante et l'oncle de Pitseolak sont des artistes bien connus, Lucy et Tikituk Qinnuayuak. Il participe au programme de lithographie depuis sa création au début des années 70, d'abord en tant qu'assistant de Pee Mikkigak, de son frère Quiatsuq et de Bob Patterson, qui était alors conseiller artistique par intérim. Son nom apparaît sur 205 estampes dans seize collections annuelles, dont plus de la moitié sont des lithographies. En 1977, Pitseolak, Wallace Brannen, alors superviseur de l'atelier de litho, et Jimmy Manning, conseiller artistique adjoint, se sont rendus à Holman Island pour présenter la lithographie aux imprimeurs résidents. 

Bien que Pitseolak ait brièvement cessé de sculpter en 1991 pour construire sa propre maison, il a rapidement repris l'art et a continué à se développer en tant qu'artiste polyvalent, prolifique et talentueux. Sa sculpture est souvent de taille relativement grande, très polie et affiche des formes fluides et des détails exquis. Son sujet va des oiseaux fantaisistes aux représentations sensibles d'une mère avec ses enfants.

****

image-asset-3.jpeg

TIKITU QUINNAUYUAQ. 1908 - 1992

AG039 - AG096

Tikitu est né le 2 janvier 1908 au camp d'Akbalik. Il a toujours résidé à Cape Dorset et faisait partie d'une famille d'artistes de Cape Dorset. Sa femme, Lucy, était une graphiste de renom. Il était sculpteur et graphiste. Sa première exposition "Art esquimau" date de 1951 et n'a jamais d'exposer depuis cette date dans les plus grands

musées et plus importantes

galeries du Canada et des

Etats-Unis ainsi qu'en Europe

(France et Grande Bretagne).

En 1984, il fut l'un des rares

artistes inuit chargé de créer

des estampes utilisées pour

l'affiche de' Canada Vie".

****

073-0215.JPG

NINGIUKULU (NINGEOKULUK) TEEVEE

AG004 - AG006 - AG009 - AG061 - AG125

                                                      Il y a quelques années, j'ai réalisé Shaman Revealed,                                                                un dessin basé sur la légende kiviuq d'une femme se                                                                   transformant en renard. Je voulais montrer comment                                                               les gens pouvaient passer d'une chose à l'autre tout                                                                en restant la même personne. Une fermeture éclair                                                                  m'est venue à l'esprit et j'ai pensé que c'était une                                                                  très bonne idée, alors j'ai utilisé la fermeture éclair                                                                  pour montrer comment elles changent. "

                              Ningiukulu Teevee est l'une des graphistes les plus                                 polyvalentes et intelligentes à avoir émergé des studios Kinngait. Née le 27 mai 1963, Ningiukulu est la fille de Joanasie Salomonie (décédée) et de son épouse Kanajuk. Son père, Joanasie, était un leader communautaire et très aimé à Cape Dorset pour son sens de l'humour, sa malice et sa compassion. À l'automne 2009, le premier livre pour enfants de Ningiukulu a été publié par Groundwood Books (une division de House of Anansi Press). Intitulé Alego, il s'agit de l'histoire autobiographique d'une jeune fille nommée Alego qui part pour la première fois chercher des coques avec sa grand-mère et, en chemin, découvre toutes les merveilles du bord de mer. Le livre a été présélectionné pour le Prix littéraire du Gouverneur général pour l'illustration jeunesse.
Ningiukulu possède une connaissance approfondie des légendes inuites et un sens aigu du design et de la composition. Ces éléments ont fait que nombre de ses estampes sont très recherchées par les collectionneurs. Ningiukulu a eu de nombreuses expositions personnelles de ses dessins audacieux et resplendissants et certains de ses travaux ont été présentés dans des expositions dans de grandes galeries publiques et musées.

****

 

images.jpeg

OHITO ASHOONA 

103 - 200

                              Né en 1952 à Cape Dorset, Ohito Ashoona est le fils                                                        du célèbre sculpteur Kaka Ashoona, le neveu du célèbre                                                      artiste Kiawak Ashoona et le petit-fils du regretté                                                            Pitseolak Ashoona. Issu d'une famille d'artistes aussi                                                        prestigieuse, il était peut-être inévitable qu'Ohito suive                                                     les traces de sa famille et se lance dans la sculpture.                                                         Il a passé ses années de formation dans un camp                                                              éloigné près de Cape Dorset ; vivant une vie                                                                    principalement traditionnelle fortement dépendante de                                                        la chasse et de la pêche, cette expérience a donné à Ohito un fort attachement à la terre et à la faune. À l'âge de neuf ans, Ohito et sa famille ont déménagé en ville où Ohito a fréquenté l'école, retournant au camp après deux ans. Ohito est resté dans le camp jusqu'à l'âge de 29 ans, ne visitant la ville qu'occasionnellement et restant avec sa grand-mère Pitseolak.

 L'intérêt d'Ohito pour la sculpture s'est manifesté alors qu'il était encore enfant, car il regardait souvent son père et son oncle travailler et les aidait parfois à polir des sculptures. De nombreuses années de pratique ont donné à Ohito l'habileté et la sagesse de sculpter, tandis que son éducation traditionnelle et son manque d'éducation formelle lui ont donné une connaissance approfondie de la spiritualité et des croyances inuites, ainsi qu'une sensibilité

à la faune arctique qui apparaît si souvent dans ses

sculptures. Contrairement à de nombreux Inuits modernes

qui pratiquent le christianisme, Ohito embrasse toujours

les traditions et les croyances de ses ancêtres.

Ces thèmes et récits se révèlent souvent dans ses sculptures.

Le travail d'Ohito se distingue également par sa tendance

à sculpter plusieurs figures, générant des scènes

imaginatives et des relations entre les personnages et les

animaux.
  En 1981, Ohito s'est de nouveau installé
à Cape Dorset,

mais a maintenu ses liens avec la terre. Il a continué à

sculpter et à expérimenter à travers son art, ce qui lui

a valu le Prix national d'excellence décerné aux Autochtones

en 2002.

Ohito a exposé dans toute l'Amérique du Nord et en Europe.

****

Unknown-3.jpeg
images-4.jpeg

AGNES NANOGAK  1925 - 2001

AG123

 

 

 

 

 

 

Nanogak est née sur l'île Baillie , dans les Territoires du Nord-Ouest, en 1925. Son père, Natkutsiak (Billy Banksland) était originaire de Nome, en Alaska , et travaillait comme harponneur sur des baleiniers . Il a navigué avec l'explorateur Vilhjalmur Stefansson dans sa tentative de trouver le passage du Nord-Ouest .Il était un conteur qualifié et a inculqué à Nanogak un intérêt pour les légendes et la tradition de la narration d'histoires. La mère de Nanogak, Topsy Ekiona, est originaire de la région du delta du Mackenzie. Nanogak et son frère, Alec Aliknak Banksland, la famille a déménagé à Sachs Harbour sur l'île Banks avant de s'installer à Holman, en 1934, alors que Nanogak avait neuf ans.À l'époque, ils étaient la seule famille à résider à Holman. En 1943, Nanogak a épousé Wallace Goose et ont eu sept enfants.

En 1985, Nanogak a reçu un diplôme honorifique de l'Université Mount Saint Vincent à Halifax , en Nouvelle-Écosse. Nanogak est la première artiste inuit à recevoir un diplôme honorifique d'une université.

Nanogak est célèbre pour ses contributions en tant qu'illustratrice des livres pour enfants Tales from the Igloo (1972) et More Tales from the Igloo (1986), qui présentent des légendes inuites traduites en anglais par le père Maurice Metayer.

Ses histoires et ses dessins reflètent les racines de l'Alaska de son père et la culture du delta du Mackenzie et des Inuits du cuivre de sa mère et de son mari. Son fils et son petit-fils, Billy et Rex Goose, sont considérés comme des graphistes importants. 

Nanogak a reçu un diagnostic de cancer du poumon en 2000. Après le diagnostic, elle décrit un sentiment d'urgence accrue pour continuer son travail, afin qu'elle puisse "aider les gens à se souvenir des histoires". Nanogak est décédée à Holman en 2001 et, en 2002, la Winnipeg Art Gallery a organisé une exposition solo de ses œuvres. Son travail a été présenté dans des dizaines d'expositions au Canada, aux États-Unis et en Europe. Ses œuvres se trouvent dans les collections d'au moins quinze institutions à travers le Canada et les États-Unis.

****

Unknown-5.jpeg
Unknown-4.jpeg

SAIMAIYU AKESUK

AG011

"Quand je suis descendue au magasin de litho pour vendre mon premier dessin, j'étais très nerveuse en me demandant s'ils l'achèteraient ou non. Mon premier dessin était une image de la sculpture d'un oiseau de feu mon grand-père (Latchaolassie). J'étais tellement fière d'être payée pour ce dessin et cela m'a inspiré à en faire d'autres"

Saimaiyu Akesuk est née le 28 avril 1988 à Iqaluit mais elle a vécu à Cape Dorset toute sa vie. Ses parents sont Lau Akesuk et Olayuk Akesuk qui a été l'un des premiers membres de l'Assemblée législative du Nunavut. Saimaiyu a été inspiré pour commencer à dessiner par Ningeokuluk Teevee alors qu'ils suivaient un cours ensemble au Programme de formation pédagogique du Nunavut. Les dessins confiants d'oiseaux et d'ours de Saimaiyu se caractérisent par sa simplicité audacieuse et dynamique rendue avec une douce tendresse et souvent une touche de fantaisie.

 

 

 

Le graphisme contemporain de l'artiste inuit Saimaiyu Akesuk est marqué par l'audace des couleurs et des lignes et par l'apparente simplicité de leur composition. Ses œuvres énergiques expriment une profonde appréciation de l'esprit du Grand Nord, dans de nouvelles interprétations de ses oiseaux et de ses animaux. Parfois tendres, souvent fantaisistes.

****

Unknown-2.jpeg

EEGYVUDLUK RAGEE (1920-1983)

AG016 - AG017 - AG092 -

Eegyvudluk était l'aîné des enfants de Pamiaktok et de Sorisolutu au petit camping d'Ikarasak, à la pointe sud de l'île de Baffin. Elle a commencé à dessiner en 1959 lorsqu'elle vivait à Tikerak quand elle se rendait à la colonie de Cape Dorset pour faire du commerce. Elle obtenait alors un crayon à mine et du papier de la West Baffin Eskimo Co-operative. Ses premières œuvres remplissaient des feuilles entières de papier – créatures mythiques, transformations oiseau-animal-humain et images de la réalité – toutes entremêlées les unes aux autres au hasard. Au milieu des années 1960, Eegyvudluk utilisait des crayons de cire ou des feutres de couleur sur du papier. Un raffinement développé dans son travail, aboutissant à une approche plus simplifiée autour du thème oiseau-animal-humain. En 1967, l'amélioration des logements à Cape Dorset a poussé les Inuits à abandonner la plupart des terrains de camping. Eegyvudluk a emménagé dans la colonie, mais ce changement dans sa vie n'a pas affecté sa production artistique.Au début des années 1970, Eegyvudluk a exploré l'utilisation de lavis acryliques, sur lesquels elle a dessiné ses personnages et oiseaux bien connus.

 

"J'ai commencé à dessiner parce que j'étais

tususkuk (quand je voyais d'autres personnes

le faire, je voulais faire les mêmes choses)...

Quand je commence à faire un dessin,

j'ai une image en tête, mais quand

j'essaie de mettre cette image sur le papier,

mes mains ne feront pas ce que mon esprit

veut. Quand j'ai l'image dans ma tête,

je ne peux pas la sortir par mes mains.

Parfois, j'ai du mal à dessiner quand

mes enfants sont à la maison ;

J'ai du mal à penser avec autant de bruit

autour de moi. Je fais sortir les enfants." 

****

Artist-Picture-Eegyvudluk-Ragee-300x237.jpg

 IRÈNE AVAALAAQIAQ

AG020

                   Née en 1941 à Tebesjuak Lake,

et vit à Baker Lake. Elle est

gracieuse, dessinatrice,brodeuse

et réalise des tapisseries.

Elle est surtout connue pour

son style unique en tant

qu'artiste textile. Travaillant

la broderie, Irène Avaalaaqiaq

crée un monde rempli d'esprits

et de transformations, souvent

basé sur des histoires et des

légendes transmises par sa

grand-mère.Elle est membre de l'Académie royale des arts du  

Canada. Dès 1974, elle participe aux expositions de sa communauté dont elle devient vite une des leaders.

D'emblée, son style très reconnaissable se tourne vers la traduction du monde mythologique et des esprits. C'est ainsi qu'elle est, dès 1982, présente dans la grande exposition sur les traditions qui a fait sa tournée internationale de 1983 à 1985, et dans l'exposition internationale sur l'estampe Inuit (Paris 1980). En 1983, une exposition à l'UNESCOà Paris contenait quelques-unes de ses œuvres et elle a été exposée au Musée d'Arras en décembre 1987. En 1989, ses tapisseries furent présentées à l'exposition A l'ombre du soleil qui fit l'ouverture du nouveau musée canadien des civilisations. Elles illustrent également l'article de Maria Muehlen sur Quelques œuvres récentes de femmes de Baker Lake. La ville de Montréal fit figurer ses œuvres dans son exposition sur l'art aborigène contemporain du Canada, Nouveaux Territoires, 350/500 ans après.

****

 

images-3.jpeg

QAUNAQ MIKKIGAK 1932 - 2020

AG098

Née le 15 novembre 1932 au camp de Nuvujuak (également connu sous le nom de Nunavut). Elle a vécu toute sa vie dans la région de Cape Dorset                             et ses environs. Elle était à la fois                                             une chanteuse de gorge ,conteuse, dessinatrice,                             sculpteur, bijoutière et   écrivain inuk de Cape                                Dorset , Nunavut , Elle a co-écrit les livres                                  pour enfants  The Legend of the Fog et                                            Grandmother Ptarmigan basés sur des                                  histoires inuites    traditionnelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a été présentée dans le

livre Inuit : women artists:

voices from Cape Dorset pour ses

œuvres Ses sculptures sont à la fois réaliste en incluant nombre de légendes inuit. Ses gravures ont été présentées dans les collections de Cape Dorset entre 1980 et 1988.

****

Unknown-3.jpeg
Unknown-2.jpeg

PETER ALIKNAK 1928 - 1998

AG018 - AG043 - AG126

                                                            Peter Aliknak est un artiste des territoires du                                                         Nord-Ouest (Holmann) et a toujours vécu à                                                               Ulukhaktok. Peter a commencé comme sculpteur et a                                                 commencé à travailler dans le graphisme dans les                                                       années 1960. Ses œuvres dépeignent souvent des                                                       aspects de la vie traditionnelle, comme le montre                                                       "Eating Dry Fish", que nous pensons être son travail                                                   malgré la légende qui nomme sa sœur, Agnes                                                               Nanogak, comme l'artiste. Les bâtons croisés, le                                                       poisson qui sèche et les détails incisés de l'homme                                                     suggèrent fortement qu'il s'agit de l'œuvre                                                               d'Aliknak. 

 

**** 

Unknown-7.jpeg
lucyq.jpg

LUCY QINNUAYUAK. 1915 - 1982

AG074

                                                                                                                                                                   Lucy Qinnuayuak est née dans ou à                                                                  proximité de Salluit, Québec en 1915.                                                              À un jeune âge, sa famille a déménagé                                                              à l'Île de Baffin, où ils se sont installés                                                            à Cape Dorset. Elle a eu un mariage arrangé avec Tikituk Quinnuayuak lorsqu'elle était adolescente. Son mari Tikituk était un sculpteur et artiste graphique3. lls ont vécu de la chasse traditionnelle, se déplaçant autour de la Péninsule Foxe, et dans divers camps, comme Shapujuak, Ittiliakjuk, Igalallik, et Kangia.

Lucy Qinnuayuak a commencé à dessiner à la fin des années 1950 et a été l'une des premières artistes à réagir à la demande de James Archibald Houston pour des estampes inuits. Son travail a été inclus pour la première fois dans la collection d'estampes de Cape Dorset, en 1961. Au moment de sa mort, en 1982, 136 de ses gravures ont été publiées dans la collection. Qinnuayuak travaillait principalement avec de la graphite et des crayons de couleur, et dans les années 1970-80 avec de l'aquarelle et de la peinture acrylique.Ses pièces sont conservées par plusieurs institutions Canadiennes, y compris le Musée des beaux-arts de l'Ontario, le Musée canadien de l'Histoire, l'Institut culturel Inuit, la Galerie d'Art de Sudbury et le Centre d'art Macdonald Stewart.

****

HELENE KALVAK 1901 - 1984

AG087

Kalvak est né au lac Tahiryuak , sur l'île Victoria et a grandi dans la région de Prince Albert Sound . Sa famille a également passé du temps à Minto Inlet . Elle a vécu une vie inuite traditionnelle. Sa mère était Enataomik. Son père Halukhit a encouragé ses dons spirituels et lui a appris à être un angatkuq ( guérisseur spirituel ).

En 1960, Kalvak a déménagé à Holman (aujourd'hui Ulukhaktok ) après la mort soudaine de son mari, Edward Manayok. Là, en 1961, c'est à cette époque que Kalvak a commencé son œuvre. En 1965, ses œuvres sont transformées en estampes et vendues dans le monde entier.

Dix ans plus tard, en reconnaissance de son travail, Kalvak est intronisée à l' Académie royale des arts du Canada . Cela a été suivi en 1978 par sa nomination à l' Ordre du Canada . En 1978, Kalvak avait produit environ 2 000 dessins.

Au moment de sa mort en 1984, Kalvak était l'une des rares femmes inuites restantes à Ulukhaktok décorées de tatouages faciaux embellissants traditionnels .

L'école d'Ulukhaktok porte son nom.

****

images.jpg

KELLY ETIDLOIE

164 - 170

 

Kellypalik (Kelly) est né en 1966

 

 

 

 

 

 

Il a été adoptée peu après sa naissance, suite au soudain décès de sa mère. Ses parents adoptifs, Kingmeata et Etidloie, des artistes de Cape Dorset, passèrent beaucoup de temps à sculpter. Kelly appris donc à sculpter en regardant ses aînés ainsi qu’en aidant sa sœur Omalluk travailler sur ses oeuvres.

Kelly sculpte sa première pièce, un oiseau, à l’âge de 15 ans et depuis, il a continué à travailler sur ses compétences de sculpteur. Il s’est installé à Montréal pendant cinq ans et a travaillé avec Moe Pootoogook, Markoosie Papigatok, Teevee Atsealak et Pauloosie Joanasie.

Kelly retourna à Cape Dorset afin de poursuivre sa carrière de sculpteur. Il avait l’habitude de sculpter avec Isacie Etidloie, son neveu, mais désormais il travaille seul. 

Dans le passé, Kelly était connu pour ses masques sculptés de visages humains et des oiseaux incorporés dans le design. Au cours des dernières années, il a exploré le toilettage de la faune. L’artiste capture les moments intimes des oiseaux qui nourrissent leurs petits. Son oiseau préféré est le hibou. Il aime aussi sculpter le bœuf musqué car cela lui donne l’occasion d’ajouter plus de détails. Son travail s’est grandement développé au cours des dernières années.


Son travail a été exposé partout au Canada, ainsi qu'aux États-Unis, en France, en Allemagne et en Suisse.

****

kellipalik.jpg

JOHNNY PAPIGATOK

091- 092 - 107 - 

Johnny Papigatok est né en 1989

dans une famille au riche parcours

artistique. Son défunt grand-père

était le célèbre Kububuwa Tunnillie

et son oncle est le célèbre sculpteur

contemporain Ashevak Tunnillie.

Sa mère Komajuk Tunnillie et sa

grand-mère, Tayara Tunnillie,

sont également des sculpteurs.
Bien que son style ait été influencé à la fois par son oncle Ashevak et son frère Markoosie Papigatok, le travail de Johnny a évolué vers son propre style individualiste. En grande partie autodidacte, il préfère travailler avec des outils à main et à plus petite échelle que la plupart des sculpteurs de Cape Dorset. Il crée une variété de sujets: y compris des œuvres figuratives et des scènes de la vie de camp avec des détails exquis. Tout comme beaucoup de ses collègues sculpteurs inuits, il aime particulièrement représenter la faune arctique dans son travail.

****

images-1.jpg

TONY CURLEY

174 - 181 - 218

Tony Curley tqt né en 1964  près d'Apex,

Iqaluit, Nunavut, Canada

Tony adore sculpter et il dit qu'il a

« un instinct naturel dans mon âme ».

Il est le fils de l'artiste Kellypalik Curley.

Il sculpte depuis plus de 30 ans.

La faune arctique a influencé Tony

et il sculpte souvent des oiseaux ou des ours.

Ses oiseaux, généralement des cygnes ou des oies,

ont de longs cous délicats avec un minimum de

détails pour les plumes. Il cherche à capturer

un sentiment avec ses sculptures et l'exprime à

travers la serpentine ou la pierre de marbre. Tony sculpte des sculptures de petite à moyenne taille. Ses fils Tommy Ezikiel et Tim Ezikiel sont également sculpteurs. Le travail de Tony Curley a été exposé au Canada, aux États-Unis et en Europe.

markoosie_600x.webp
download.jpg

MARKOOSIE PAPIGATOK

184 - 192

Markosie Papigatok (né en 1976) a commencé à sculpter à l'adolescence et il a vendu sa première sculpture (un sceau) pour 2,00 $. Ses parents, Tayarak Papigatuk et Kumaajuk Tunnillie, ainsi que ses grands-parents Qavaroak Tunnillie et Tayaraq Pee étaient tous des sculpteurs accomplis à (Kinngait) Cape Dorset. À l'instar de l'éducation traditionnelle chez les Inuits, il a appris à sculpter par lui-même en regardant son oncle Ashevak Tunnillie, grand maître sculpteur bien connu pour ses ours polaires marchant à grande échelle.

Markosie Papigatok est un artiste prolifique et sculpte souvent des sculptures à petite échelle en serpentine en utilisant à la fois de la puissance et des outils. Il aime la vitesse de broyage avec une meuleuse électrique. Il dépeint une variété de sujets avec des détails exquis et aime particulièrement représenter des animaux dans son travail. Les ours dansants de taille moyenne sont son thème de prédilection qu'il traite en mouvement avec une rondeur et une douceur caractéristique pour notre plus grand plaisir. Son travail est régulièrement exposé depuis les années 1900 au Canada, aux États-Unis, en Allemagne et en Suisse.

****

images-1.jpg

TOMMY TAKPANIE

1936 - 2013

099 - 194 - 268

 Tommy Takpanie Sr.

résidait à Iqaluit

(Frobisher Bay). 

Il a également vécu

à Cape Dorset et

à Pond Inlet. 

Fils de l'artiste

d'Iqaluit Nuna Noah,

il est surtout connu pour ses sculptures distinctives d'ours polaires. Ses fils Pauloosie et Tommy Takpanie Jr. sont également artistes. Son art a été présenté dans des galeries à travers l'Amérique du Nord et en Suisse.

****

download-1.jpg

JAMASSIE TEEVEE. 1910 - 1985

AG030 - AG054

                                                  Jamasie a commencé à dessiner                                                   au début des années 1960 alors                                                   qu'il vivait dans un camp inuit                                                     sur la côte sud de l'île de                                                         Baffin. Pendant ce temps, il se                                                   concentre principalement sur la                                                   technique de la gravure sur                                                         cuivre, transportant des plaques                                                   cuivre dans les deux sens entre                                                   son camping et la coopérative de                                                   Cape Dorset. Plusieurs de ses                                                     gravures, publiées dans les années 1960 et au début des années 1970, dépeignent les campements traditionnels inuits et les activités de chasse. Au début des années 1980, Jamasie… revient au dessin sur papier, utilisant des crayons graphite et de couleur, en plus des feutres. Ses dessins sont exécutés en lignes précises, simples et épurées. Jamasie était le père d'Anirnik Ragee, Parnee Peter, Nicotai Simigak et Simeonie Teevee, tous sculpteurs de Cape Dorset. L'épouse de Jamasie, l'artiste de Cape Dorset Angotigolu Teevee, est décédée en 1967.

****

Unknown-1.jpeg

LYPA PITSIULAK 1943 - 2010

AG089

Lypa Pitsiulak est né à Iglootalik dan s les Territoires du Nord-Ouest et mort à Pangnirtung au Nunavut

Il réalise à la fois des dessins, des sculptures et des gravures. C'est l'un des plus célèbres artistes inuit[réf. D'emblée, la qualité de ses œuvres l'a fait participer à des expositions prestigieuses, telles que celle sur l'Estampe inuit qui a voyagé à travers le monde dans les années 1972 à 1982, et qui a été présentée à Paris en 1980.

En dehors des expositions canadiennes, il a été présenté aussi bien en Israël qu'aux États-Unis et en Allemagne à de multiples reprises.

Sa notoriété lui a permis d'obtenir des expositions nominales dès 1979 et ses œuvres s'illustrent dans des collections prestigieuses telles que celle du Département des Affaires Indiennes et du Nord d'Ottawa, du Musée Canadien des Civilisations et de la collection Mac Michael. Il a été honoré par le choix de ses œuvres pour présenter le timbre de 12 centimes canadien en 1976. Son rapport facile avec le monde occidental lui a permisde travailler en 1984 et 1985 avec des chercheurs sur la civilisation inuit où il décrivait à la fois son travail et son style de vie.

Son style est assez polymorphe et il peut aussi bien participer de la traduction zoomorphe descriptive que de l'illustration des scènes mythologiques et surnaturelles.

****

images.jpg
download.jpg

LUCY (TASSEOR) TUTSUITOK 1934 - 2012

029 - 064 - 066 - 

Territoire du Nunavut

Lucy Tasseor a commencé à faire

des sculptures en pierre ollaire

au début des années 1960 et

a eu une carrière prolifique

qui a duré plus de quatre décennies. 

La majorité des sculptures de

Tasseor représentent des sujets

domestiques avec des personnes

ou des groupes familiaux représentés par des grappes de visages.

Elle a commencé à sculpter au début des années 1960 et s'est

illustrée par un style extrêmement personnel qu'elle a su

se créer et qui est reconnaissable entre mille : le caractère

extrêmement stylisé de ses personnages, dans la pierre grise

très rudimentaire du Keewatin où les visages ne sont représentés

que par des entailles linéaires. Les personnages qu'elle sculpte

sont rarement présentés en entier et la plupart du temps

résumés au torse où les bras n'apparaissent que de façon

rudimentaire. Souvent, des groupements de têtes suggèrent le caractère intimement lié des membres d'une même famille. Les visages et les têtes sont très stylisés et semblables avec une arête de nez et des lignes horizontales de longueurs variées pour la bouche et les yeux.

Elle explique que cette semi-abstraction lui vient des images que son grand-père dessinait sur le sable.

****

 

download-1.jpg
images-2.jpg

MARY TUTSUITOK

030 - 042 - 056 - 065 - 094 - 

 

Elle est née en 1972 à Arviat, anciennement connue sous le nom d'Eskimo Point, au Nunavut. En plus de la sculpture, Mary est une couturière talentueuse qui fabrique des tentures murales, des poupées et d'autres travaux de couture. Marie préfère sculpter avec de la pierre et n'utilise pas d'outils électriques. Mary pense que ce qui rend son style de sculpture différent des autres artistes, c'est l'introduction du perlage. Les influences artistiques les plus fortes dans le travail de Mary sont celles de sa mère, Alice Akammak, et de sa belle-mère, Lucy Tutseetok. Mary a appris à sculpter en les regardant travailler. Mary a une grande admiration pour le travail de Lucy et son succès en tant que sculpteur.

****

 

SIMONIE TEEVEE

AG007 - 

Simionie Teevee est un graveur et artiste graphique

de Kinngait (Cape Dorset), NU. Il a commencé

à travailler comme assistant lithographe à la fin

des années 1970 et au début des années 1980,

et a réalisé son premier dessin en 2010,

identifiant sa femme, l'artiste Ningiukulu Teevee

comme source d'inspiration. Saputiit

(Handmade Fish Weir)  (2017) montre des poissons

serrés les uns contre les autres et nageant

sur la page. Les poissons, représentés en bleu,

imitent les nuances et les mouvements de l'eau.

Ils sont la seule couleur représentée dans l'estampe,

avec des rochers de formes variées soulignés

d'une fine ligne noire. Les poissons guident

l'œil de droite à gauche à travers la page

et se déplacent au-delà de la bordure de la page.

Parallèlement à sa carrière d'artiste,

Teevee est également musicien et se produit

en tant que guitariste et chanteur principal

avec le groupe Sikusiilaq.

****

imgp0078-jpg.jpg

KILLIKTEE KILLIKTEE

017 - 172

  Killiktee Killiktee, né en 1987, est issu d'une longue                                               lignée d'artistes à commencer par son père, Shortie                                               Killiktee. Ses grands-parents du côté de sa mère,                                                 Kopapik Ragee et Arnirnik Ragee étaient d'éminents                                               artistes de Cape Dorset et ses frères biologiques sont                                             des sculpteurs bien connus, Toonoo Sharky, Napachie                                             Sharky et Allasuaq Sharky.

  Killiktee a commencé à sculpter à l'âge de 12 ans. Sa                                             première sculpture était un sceau. Il a été payé 20 $                                             pour la pièce et il était très fier de l'argent qu'il a                                               gagné.

  « J'ai appris à sculpter en regardant mes frères                                                   Toonoo Sharky, Napachie Sharky et Allasuaq Sharky                                             travailler sur leurs sculptures. J'aime sculpter différents

  types d'animaux, en particulier les ours et les aigles.

   Killiktee est également un dessinateur accompli et

   quelques-uns de ses dessins ont été traduits

   en tirages en édition limitée.

****

killiktee+copy.jpg

NINGIUKULU NUNGUSUITUK

image-asset-2.jpeg

TOONOO SHARKY

toonoo.jpg